Afficher la carte

Protéger au quotidien

La période hivernale arrive à grands pas et il est encore temps d’anticiper la montée des eaux.

De la même manière que nous pensons à entretenir notre maison il est nécessaire d’entretenir les berges de nos rivières.
Lorsque l’on parle d’entretien de cours d’eau nous nous posons différentes questions :

 

Tout d’abord, à qui revient le devoir d’entretien de la végétation des berges ?

Comme le stipule l’article L-215-2 du code de l’environnement, les berges et le fond du lit appartiennent aux propriétaires riverains, le milieu du lit faisant généralement office de limite de propriété.
L’entretien de la végétation des berges est donc de la responsabilité des propriétaires riverains.
La loi n’interdit pas l’entretien de cette végétation. Bien au contraire, l’article L.215-14 du Code de l’environnement responsabilise le propriétaire riverain. En effet le riverain est tenu à un entretien régulier du cours d’eau pour notamment permettre l’écoulement naturel des eaux et contribuer au bon état écologique de la rivière.

 

Pourquoi prendre soin de la végétation de bord de berge (également nommée ripisylve) ?

Cette végétation a différents rôles :

  • filtration d’une partie des pollutions arrivant par ruissellement et épuration des eaux du cours d’eau ;
  • maintien des berges grâce au réseau racinaire, donc limitation des érosions;
  • rôle de tampon lors des crues qui permet de répartir les débordements et de limiter les inondations des secteurs habités ;
  • apport d’ombrage pour maintenir une eau fraîche et éviter la prolifération d’algues ;
  • zone très fréquentée par la faune (refuge, nourrissage, déplacement) et avec une flore diversifiée;
  • structuration du paysage.

Concrètement comment entretenir la végétation ?

Commençons par les méthodes à proscrire :                         

 


  • l’utilisation d’herbicide sur les berges : l’utilisation de tout produit chimique est interdit à moins de 5m de tout point d’eau, cours d’eau. En effet une partie des produits sera entraînée dans le cours d’eau mais également dans les eaux souterraines et dans la terre.

 

 


  • le broyage : il peut engendrer des infections et des nécroses des végétaux abimés. un déséquilibre de la végétation qui sont « poussés » vers lecentre du cours d’eau et auront tendance à déséquilibrer la berge. Si cette pratique est effectuée sur les deux berges, un « tunnel » de verdure est créé et le cours d’eau devient quasiment impénétrable, enfermé et peu perméable à la lumière.
  • la coupe à blanc et le débroussaillage complet : lors de périodes de crue cette pratique augmente les débits en aval des secteurs déboisés. En effet l’un des rôles de la végétation est de ralentir les crues en freinant la vitesse du courant. Plus l’eau est rapidement envoyée en aval et plus les crues seront violentes. Ces pratiques augmentent également l’ensoleillement du cours d’eau favorisant la hausse de température de l’eau, l’évaporation, le développement d’algues mais également l’apparition d’espèces pionnières comme les ronces et les orties.

Ce que vous pouvez faire :

  • favoriser la diversité des espèces et des âges. Pour que la végétation de bord de berge soit équilibrée il est recommandé de favoriser la présence d’arbres et d’arbustes adaptés à ces milieux. Le noisetier mais également, le saule (sauf le saule pleureur) et les cornouillers comme arbustes. L’aulne, le frêne, l’érable, etc… comme arbres.
  • L’élagage léger, l’abattage sélectif (arbre périssant, penché…) et le recépage sont des méthodes manuelles qui seront à favoriser.
  • enlever les embâcles, qui sont des bouchons formés de branches, de troncs présents dans le lit du cours d’eau.

  • supprimer progressivement les arbres inadaptés aux berges (peupliers hybrides, robinier faux-acacia, etc..)

Quand intervenir ?

Vous préfèrerez la période de repos végétatif (d’octobre à mars) et en dehors des périodes de reproduction de la faune (oiseaux par exemple).

Pour l’enlèvement des embâcles il sera préférable de travailler en périodes de basses eaux et en dehors des périodes de reproduction de la faune, de septembre à mars).

Print Friendly, PDF & Email

Syndicat Mixte d’Aménagement des Bassins de l’Auron, de l’Airain et de leurs Affluents


Siège Social:

Place du Champ de Foire
18130 Dun-sur-Auron
Téléphone : 02 48 64 32 95

Retourner en haut